Pas de porte, pas de seuil, pas de pas / No Door, No Threshold

(Please scroll down for english version)


Il est étonnant de remarquer que la porte la plus directe vers l’au-delà du monde, se trouve au cœur profond de la densité de ce monde.
Source d’humour décapant dans la tradition et de sourires intérieurs dans la pratique.

C’est en pénétrant charnellement la beauté de la nature que nous assurons l’ouverture au surnaturel.
Plutôt qu’une dichotomie, par essence conceptuelle et artificielle, il s’agit davantage d’un continuum à seuils.
Il faut avoir avancé suffisamment loin sur cet axe et franchi un certain seuil ou une succession de seuils pour accéder à l’au-delà. Le perceptible et le non-perceptible ne sont pas deux.
Ils sont une seule et même réalité, déterminée de manière subjective par la configuration intérieure de celui qui l’aborde.
Le seuil aussi n’est qu’un outil de perception, pour parler, écrire, appréhender.

Le seuil — le mot — est l’arme de l’ignorant ou du communicant. Au mieux, il est une approximation, un pis-aller à visée pédagogique.

Assis à même la terre et les deux mains dans l’herbe,
Les narines emplies des saveurs de l’humus.
Les vents aux cheveux, les cheveux de vents,
les oreilles battues et le corps traversé
des pépiements d’oiseaux, des craquements de bois,
Le seuil n’existe pas.

Franck Joseph

©FJ May 2019

Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS


Isn’t it amazing to note that the most immediate door to what’s beyond stands right at the heart of this world’s density ?
This apparent contradiction is an unquenchable source of wonder and of caustic wit in our practice as well.

By physically contacting the beauty of Nature, we clear the way onto supernatural realms.

More than a dichotomy, necessarily conceptual and therefore artificial, we are dealing with a continuum on which we go through a certain number of thresholds.

One must have walked along this continuum long enough and passed a sufficient number of those thresholds to access to the other side(s) of Reality.
Visible and unvisible spheres are not two.

They are dimensions of a single nature, subjectively determined depending on the abilities and positioning of the unit of consciousness experiencing it.

The threshold is nothing but a tool of perception, allowing this being to talk, write, understand.
This threshold — the word — is the weapon unsheathed by the ignorant (or the communication stategist..;).
At best, they are approximations, consolation prizes used for educational purposes.

Sitting on the floor
Our nostrils filled with the flavours of humus.
With the wind in our hair
Lashing our ears, crossing our bodies,
The tweeting of birds, the cracking of wood
There has never been any threshold.

Franck Joseph

©FJ May 2019

Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s