Résurrection

La résurrection du Christ est un phénomène intérieur.
C’est l’élargissement nécessaire, inhérent à la nature de la compassion pour le monde.

La représentation traditionnelle de cet évènement, ainsi que sa scénarisation me semblent être un appauvrissement — ou du moins une réduction — de sa portée spirituelle.

Thomas Merton, parlait de « l’homme nouveau » (The New Man).
Je ne cherche pas ici à récupérer les pensées et étiquetages de ce moine trappiste américain ; simplement, je fais part du fait que cette expression colle bien à cette intuition: la résurrection du Christ est intérieure.

Avant d’être le Christ, Jésus était le Christ.
Nous sommes tous un Christ en devenir.

Est-ce à dire qu’il s’agit là d’une relecture de notre tradition historique (personnelle et culturelle) à la faveur d’un détour assainissant — le regard de l’observateur, pas l’objet de son observation — par le bouddhisme et la notion de Tathagatagarbha (Nature de Bouddha), réelle et parfaite en chacun de nous, et qui attend d’être révélée, dévoilée ?

J’éprouve une réticence à ne pas le croire. Il faut déployer des trésors d’esprit de chapelle pour faire une différence entre la recommandation catholique qui invite à voir le visage de Jésus dans chacune des âmes ici-bas, et l’affirmation bouddhiste que chaque homme (a minima) à la Nature de Bouddha.

Lorsque l’homme devient nouveau, il se laisse accoucher du Christ qui sommeille.

Je vous livre ici ce envers quoi j’éprouve un certain inconfort à ce jour: la nécessité qu’ont les chrétiens de passer par cette matérialisation de la mort (mort physique) afin de se représenter ce processus de re-naissance.
Non pas en tant que récit transitoire à visée pédagogique, mais en tant que corpus de croyances verrouillées, souvent conditions sine qua non à toute intégration dans la communauté.

Cette matérialisation fait de l’homme-jésus le seul détenteur authentique de cette expérience et porte en elle les germes des dérives hérétiques et contre-hérétiques.
Elle favorise la création des systèmes pyramidaux, dont les positions vers le sommet tendent vers la prétention à l’authenticité et à l’attribution inter pares du pouvoir de  certification/validation des bons/mauvais pratiquants.

Franck Joseph

©FJ June 2019
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s