Les Voies du Désir

Le Désir.
Lorsqu’on énonce cet élément comme le moteur de toute action humaine, on mentionne souvent la moitié du problème.

Le désir auquel on se réfère est généralement perçu du côté du sujet, c’est à dire le nôtre.
Le moteur du comportement humain est le désir. Le désir est donc dans l’humain.
Ce raccourci n’est qu’à 50% exact. Le désir se trouve tout autant dans ce que nous nommons “objet”.

En réalité, cette extrémité de la chaîne du désir est beaucoup moins passive que l’appellation d’objet ne pourrait le laisser penser. Elle est autant initiatrice et non simple réceptacle de notre désir/projet.

La stimulation de l’objet par l’objet vient activer l’ensemble de la chaîne du désir. Ainsi, pour être en proie à ce mouvement de l’âme, il faut quelqu’un pour activer le désir en soi (de l’intérieur) et, quelque chose pour l’activer de façon extérieure.

Ce mélange intérieur/extérieur rend le phénomène beaucoup plus complexe.
Egalement, cette perspective offre une double prise sur le phénomène désir.

Je peux d’un coté (intérieur) réaliser que celui qui ressent ce désir n’a pas de réalité en soi (anatta des bouddhistes – ici, le non-soi du sujet). Cela désamorce l’emprise du sentiment.

D’un autre côté (extérieur), je peux percevoir qu’il n’existe rien à quoi je puisse prétendre (le non-soi de l’objet). Ces engrenages du désir ne se mettent plus en branle et je retrouve une marge de fonctionnement.

Une troisième approche, peut être plus en adéquation avec la réalité, car libérée des dichotomies à visée pédagogique, consiste à faire la lumière sur le processus de construction de l’objet par le sujet.
Ce à quoi je prétends n’existe pas, c’est mon prisme de perception qui lui donne corps et se condense en une énergie suffisante pour stimuler le désir.

Cette troisième alternative n’invalide pas les possibilités abordées précédemment. Il est toujours possible de voir une double potentialité de démarrage de l’incendie du désir.
1: L’énergie du désir (sujet) se met en mouvement et rencontre un objet lui correspondant
2 : l’énergie crée elle-même son réceptacle et s’y déverse, puis s’auto entretient par le truchement de scénarios et autres constructions.

Il existe différentes routes pour y parvenir, différentes voies de passages pour ce serpent du désir, mais la finalité est la même.

 

Franck Joseph


©FJ August 2019

Poèmes, recueils, articles et romans disponibles en format papier : LIVRES ET RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s