Où les Âmes se noient, où les Corps se croient…

Les terres du Bouddha, les enfers inférieurs, les lieux intermédiaires se visitent dans l’assise et correspondent aux climats de l’âme, aux couleurs émotionnelles dépliant tous et chacun des paysages particuliers aux nuances sans fin.
L’assise permet aussi de constater que ces lieux ne sont pas cloisonnés comme une certaine compréhension de la tradition, pour des raisons pédagogiques, pourrait le laisser penser.

Les mondes communiquent les uns avec les autres. Ils se fondent les uns dans les autres et s’engendrent les uns les autres.
Eux non plus n’ont pas d’existence autre que celle que notre appréhension momentanée  leur attribue.
Les climats, terres pures, enfers inférieurs forment un tout mouvant.
Cet ensemble-monde ne saurait être la totalité de ce qui est.

A celui qui les parcourt, et pour le temps qu’il s’y dépose, il apparaît être l’unique modalité d’existence.




Nuage de fumée
où les vies se dessinent et se goûtent
Rideau scintillant
où les âmes se noient, où les corps se croient…
A la faveur d’un vent orienté, le nuage se disperse
Et sous les doigts d’une main aventureuse, le rideau s’ouvre.

 

Franck Joseph


texte  et photo ©FJ August 2019

Poèmes, recueils, articles et romans disponibles en format papier : LIVRES ET RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s