Le Détour

Par une route de douceur,
Il serait bien triste de ne pas l’emprunter
Les couleurs que l’on y rencontre
En aquarelle se fondent en nos structures.
Sans effort, elles s’appellent, se reconnaissent
Vives pendant l’enfance, affadies par la suite, elles affleurent à nouveau

Sous les peaux d’un piment écarlate, bleu de l’encre, vert d’Ecosse.
Sous les yeux asséchés dans l’attente, irrigués désormais par la source non obstruée.


Franck Joseph
©FJ March 2020
Livres disponibles ici : RECUEILS.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s