Ligaturer les Trompes du Réel ?

L’ouverture d’esprit, l’ouverture du cœur,
C’est accepter de voir ses standards redéfinis par le monde.

Il peut s’agir de grandes choses, un drame une perte d’un être considéré comme acquis, la maladie, une opportunité professionnelle majeure…
Pour ces grandes choses, le souffle du changement est souvent tel que, ni nous nous posons la question de l’acceptation, il a souvent déjà totalement décapé nos vies et retourné les meubles.

C’est dans les petites choses qu’il est le plus difficile d’accepter car nos possibilités de déni et de résistance sont plus grandes.

La feuille que le courant d’air a déplacé, il nous appartient toujours de la remettre en place.

C’est la ride qui commence à naître, sur un visage que l’on attend,
l’enfant qui grandit un peu vite dans le quotidien précipité,

Ce sont les forces en mouvement dans l’environnement professionnel, qui tendent à effacer notre valeur acquise.
La considération dont bénéficie un plus jeune collègue, l’absence de réception qu’ont nos arguments dans une réunion, quelque chose de diffus dans le regard de nos interlocuteurs.

Ce sont les dix mille embryons de changements qui sculptent nos quotidiens, pour lesquels nous pouvons avoir l’impression qu’il nous faut agir, qu’il est encore temps d’agir.

Ils sont autant d’opportunités d’ajuster la portée de nos regards et de voir au travers, de ces forces, le réel qui accouche de lui-même, avec ou sans notre accord, et de ressentir que nos hésitations sont autant de germes de souffrance.

Qui, en effet, peut prétendre pouvoir ligaturer les trompes du réel ?
La nature du réel est d’enfanter et — collectivement et individuellement, nous participons à la fécondation.

Les quelques mots de cet article concernent pourtant l’accouchement puisque c’est la phase de l’enfantement lors de laquelle nous pensons, questionnons, refusons, souffrons.
Lorsque l’épouse met au monde, ce n’est plus l’heure de questionner notre désir de paternité.
C’est pourtant dans cette vanité que nous gâchons beaucoup de notre énergie.

Quelle est la part du réel que je contribue à ensemencer ?
A quel instant s’agit-il seulement d’accueillir ce qu’il me présente ?

Franck Joseph
©FJ April 2020 All rights reserved.
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS
Soutien et Participation

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s