Dormir sans Couette (L’Homme de Religion)

Si le cadre conceptuel qu’ apportent les religions nous attire tant, c’est qu’il joue le rôle de couette épaisse et colorée, de celles qui rassurent les enfants lorsqu’il s’y cachent tout entiers la nuit,

Le genre de couettes que nous sommes fiers de montrer à nos amis lorsqu’ils visitent notre chambre parce qu’elles sont ornées de seigneurs et de chevaliers, d’astronautes et de super héros.

Quand le noir est trop noir, ou que les images du cauchemar
nous assaillent encore de l’autre côté des yeux,
quand le cœur reste en pagaille malgré tout
et que l’obscurité n’offre pas la moindre aspérité sur laquelle se fixer le regard.

Il arrive que, ébahis devant tant de couleurs et de représentations, les visiteurs revêtent leur hôte d’un surcroît de crédibilité.
Je ne crois pas qu’il soit possible de passer de l’autre côté de l’obscur sans traverser la nuit, enveloppé ou recroquevillé sous l’épaisseur des couettes.
L’homme ne connaît jamais vraiment la nuit lorsqu’il présente ainsi astronautes, seigneurs et chevaliers, il n’a en réalité rien traversé du tout.


A l’homme de religion, du fait de sa maîtrise conceptuelle, du prestige dont l’investissent ses coreligionnaires — dont il s’enorgueillit en feignant le contraire — il s’en enorgueillisse, souhaitons-lui de se départir de cette couette.


Souhaitons-lui d’investiguer la nuit sans couette, de s’en saisir pour ce qu’elle est : une manière de faire entrer les visiteurs de jour, encore curieux des décorations et des motifs, un moyen noueux de nouer les causeries, une façon de reprendre pied lorsque les langues du sombre lèchent avec trop de vigueur son visage affaibli, le temps de percevoir que le noir est sans densité.

Souhaitons-lui qu’il s’en défasse et puisse au besoin se saisir de toutes ces broderies et de tissus délicats, celle là, aux arabesques hypnotiques et au toucher de sable ou bien encore celle-ci, qui se plie savamment sur une coin de la couche.

Lorsqu’il aura vu le voile de feu au plus près de son cœur, quelle importance encore auront l’astronaute enfantin ou les cercles d’étoiles dessinées de triangles ?

Franck Joseph
©FJ April 2020 All rights reserved.
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Soutien et Participation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s