La Citation Arrive (1/2)

Je me souviens du propos d’un célèbre mathématicien. Il a reçu un prix. C’est donc qu’il est célèbre. Je pourrais dire que son nom m’échappe, mais puisque les hameaux délabrés de mon cerveau ne l’ont jamais hébergé plus d’un quart de seconde, cela serait une affirmation abusive.

Je sais seulement qu’il est célèbre et me sers de cette donnée pour colorer mon argument d’autorité. Voici donc ce qu’un grand mathématicien, mondialement reconnu pour son talent, disait :

 C’est un peu comme attribuer une phrase à Einstein ou Bob marley, ou encore au Bouddha, alors qu’aucune de ces trois personnes n’a en réalité prononcé ces mots.

Je donne un manteau de charisme à une phrase chétive ( elle arrive…) et branlante.

Je ne pense pas que ce soit le cas ici : il s’agirait plutôt d’une configuration inverse : j’ai d’un côté une phrase puissante et de l’autre un illustre –pour les autres– inconnu — pour moi-. En poursuivant ce processus de transparence, je pourrais dire :

« Quelqu’un de très intelligent a dit cela »…mais alors il faudrait que j’agenouille mes propres et très objectivement inférieurs capacités de compréhension, devant quelqu’un dont le nom m’échappe. Pourtant, je l’aime bien cette phrase….Que faire ?

Je pourrais l’attribuer à quelqu’un d’autre. C’est une peu rustre comme démarche mais à l’heure du plagiat généralisé, je ne vois pas qui cela choquerait –internet, qu’est-ce d’autre qu’un gigantesque copié-collé.

Je dirais alors: le Bouddha a dit cela….qui irait vérifier ?

L’impact émotionnel de l’information compte désormais davantage que l’objectivité factuelle. Mais je ne serais  pas à l’abri d’un fact-checker compulsif qui étalerait au grand jour, d’un seul commentaire, la fraude dont je me rendrais coupable…

L’ensemble de mon oeuvre serait frappée  de discrédit. Haaa!

Mais quel crédit ? (Quelle oeuvre ?)

C’est vrai.
Mais quid de l’honnêteté intellectuelle dans sa forme enfantine, celle qui s’adossait d’un oppressant sentiment de culpabilité lorsque dans mon cahier de vacances menant du CE1 au CE2, je taquinais d’un doigt frustré les feuilles de réponses agrafées au milieu du cahier….

C’est cette honnêteté intellectuelle qui — en sus d’un quart d’heure d’écriture ludique — m’amène à dénuder la phrase de cette homme : 

Elle n’est pas chétive, et le charisme de l’homme n’est pour moi qu’une projection ou un appel aux projecteurs.

  Quand le musicien est bon, les projecteurs se braquent. Et ce n’est pas parce que le musicien est bon que les projecteurs se braquent.
Mèche ou pas mèche, tatouage ou pas, laissez-le jouer de sa guitare et dérouler sa phrase dans l’obscurité. Voyons ensuite….

“On ne peut comprendre un système dans s’en être préalablement extrait”

Tout ça pour ça ? 

Oui.

C’est ma grande liberté.

Suite : https://notesandsilence.com/2021/05/22/sextraire-du-systeme-la-citation-est-la-2-2/

Franck Joseph
©FJ January 2020 – All Rights Reserved
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS
Ce contenu est rendu possible à travers vos Participations
Merci à tous de permettre la continuité de ce projet.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s