D’un Cerveau à l’Autre

Le brouhaha de l’imbécile, bien qu’objet de mépris pour le détenteur d’un cerveau affiné,
est-il qualitativement inférieur au discours intérieur de l’homme éduqué,
assis dos droit, jambes croisées ?

Il est fort probable qu’au final tous les brouhahas se valent.
C ‘est ce qu’enseignent les pages du silence.

Ceci parce que dans la cervelle du badaud consommateur, l’emprise du bruit normal n’est pas inférieure à celle de l’homme de société.
Seul le conteur varie, l’oppression du contant est identique.

Franck
©FJ Jan 2021
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s