Alchimie

Dans les Béatitudes, le Christ ne fait pas l’apologie de la souffrance ou du malheur (« bienheureux les pauvres … »), il montre la voie de la transformation.
La véritable alchimie est celle que Jésus incarne. Il transforme la souffrance.

Thomas Merton cite Suzuki : « Sans souffrance on ne peut sortir de la souffrance. »
Le Christ invite à la transcendance. Par la souffrance même, accéder à la non-souffrance.
Il faut être “affamé” pour être “rassasié”.

Une compréhension dévoyée de ce principe fondamental mène au culte de la souffrance, aux monstrations, au dolorisme.

En zazen, le méditant, pour peu qu’il fasse place, laisse cette alchimie s’opérer en lui.
Assis en zazen, les souffrances du jour affleurent et s’éventent.



©FJ May 2022Telegram (Publications et Invitations à la Pratique)
RecueilsParticipations
Many thanks to all

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s