Béton Armure

La première des protections que nous activons automatiquement en nous est de se prévenir de réaliser à quel point nous sommes sensibles à tout ce qui nous entoure et à tout ce qui fait notre expérience intérieure.
Par convenance, par habitude, nous nions inconsciemment et ultra rapidement l’amplitude de nos réactions intérieures.
Le décalage entre le raz de marée intérieur et la verbalisation coutumière qui en résultera sera l’origine des troubles officiellement inexplicables.

Mais ce mensonge à nous-mêmes est un apprentissage progressif, résultat de l’observation des réactions des autres… qui, petit à petit, nous font intégrer une version erronée de la réalité.
Finalement notre tristesse, notre incapacité inconsciente et automatique à nous dire devient une deuxième peau. Elle s’épaissit et s’épaissit encore, elle s’opacifie et nous isole.
Mais à qui jouons nous?
Cela fait si longtemps que l’on a oublié que nous jouions, que nous mimions.

Néanmoins, le volcan de vie gronde, les vagues d’amour tentent d’attaquer cette paroi…puis refluent et nous culpabilise.


La nature devient l’exception
Et le béton la norme,
Au dehors et en dedans.
Mais la nature jamais ne meure,
Et sous une forme impensable,
Elle va grignoter, dévorer, digérer
Le béton armure que nous portons tous.
Mais l’enfant chuchote encore, tellement fort,
Que seul un silence énorme,
Permettra de l’entendre.
Shema Shema.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s