L’en-là, l’au-delà déjà là

L’au delà, comme un après, une ligne d’horizon qui fuit à mesure que l’on avance. 

Un soleil noyé, qui s’évade d’autant plus vite que le rameur déploie d’efforts pour se dégager des algues gluantes prises à sa pagaie.

En voilà une belle carotte pour vieux mulets soumis. Une merveilleuse excuse aussi. 

Une fin qui justifie les moyens, une faim qui justifie les ouins-ouins, les bofs-bofs, les bricolages et les rafistolages du moment.

Les guerriers, estropiés, ensanglantés qui, clopin-clopant boîtent sur le sentier qui mène au bal… Pour s’entendre dire : « tenue correcte exigée ». Et paf!

Au bal, au bal masqué des prétendus, des parvenus, des Jean Peuplu, des Jacques Adi, des Jack Addict. Tous ils accourent.

La cour des miracles. À court de miracles, sûrement. En quête de justifications rocambolesques, toujours. Chercheurs d’alouettes, d’oubliettes.

Où pourrir dans leurs identités nauseabondes, putréfaction d’égos.

Et Go! Des chevaux rentrés dans leur box après une course folle, pour le compte d’un autre qui les possède: déjà la cloche sonne. Les voilà sur le départ qui salivent à nouveau.

Au-delà de l’horizon d’une vie, d’une vieillesse, d’un âge, d’une année, d’un mois d’une journée, d’une heure, d’ une seconde. Et dans cette seconde il y a ce qui pense à l’horizon d’une vie.

Au sein de ce qui pense en cet instant, rentrer dans l’au-delà…

Lassé, laisser les pensées, et entrer dans l’au-delà. 

Il est là, il attend que nous l’habitions, sans se soucier que nous ne sachions pas.

L’au-delà de quoi?
Un ici et un là?
Un ceci, pas un ça?

Un en-là, un hors-tout
Un en-tout

Franck

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s