La souffrance d’humiliation

Comme le rouge est rouge, et le bleu bleu
L’égo souffre et le soi est en paix.


Combien de souffrances sont des blessures rouges d’orgueil ?

Le sentiment de blessure est d’autant plus vif que l’égo est saillant.
La douleur de l’humiliation plus profonde, si l’égo est lustré, aiguisé par les intempéries relationnelles.

Lorsque les travers de l’égo sont perçus
Lorsque l’on perce au travers de l’égo,

La souffrance d’humiliation s’évanouit et les actes la provoquant ne trouvent plus d’aspérités de surface pour s’y arrimer.
Les actes d’humiliation deviennent « ce qui se passe », ce qui résulte de l’entrechoc entre l’image que l’autre a de moi et celle qu’il a de lui-même.
Les mots issus de cette rencontre ne percutent plus la façade de mon expérience.
Ils s’éventent.

Son agressivité se révèle le fruit de son dialogue intérieur.
Les dépressurisations d’urgences, grossières ou perverses sont alors autant de modalités de survie à très court terme.

Franck Joseph


©F.J sept 2018

Lien vers les Recueils en version papier : RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s