Besoin de Dieu ? (l’effet Chauve-Souris)

Récemment, une amie ayant quitté nos pratiques à coussin pour rejoindre les bancs des églises, nous confiait cette phrase, aussi douce que lapidaire :

-« Nous avons besoin de Dieu quand même ».
La sincérité et l’honnêteté de ses mots ne peuvent être mises en doute.Elle souligne la démarche des spiritualités non dualistes, et l’inévitable arrogance, lorsqu’elles sont approchées par des occidentaux, qui consiste à « faire sans », à « se passer de ».
Bien sûr, l’ultime est un.
Au bout du chemin, il n’y a qu’un seul bout.
(L’écueil est de ne faire qu’un bout de chemin)

Si le sentier est octuple, si les portes du Dharma sont infinies,
le bout du chemin débouche sur une unique pâture.

Il n’y a pas deux façons de tout abandonner.

Soit on quitte la plateforme de nos attachements,
soit on ne la quitte pas.Le divin peut être approché comme un garde fou, permettant d’éviter de tourner fou.On constate (de près) chez l’homme de l’ouest une mise en mouvement communément appelée ‘spiritualité’ initiée depuis le fief de la volonté.
Celle de prouver que l’on peut « faire sans ». Bien, cela n’a rien de très catholique, ni de chrétien. Ce qui n’est pas un problème aux yeux du pèlerin, qui met un point d’honneur à ne pas se référer aux panneaux lumineux sur la route.Mais c’est également la négation de l’interdépendance de toutes les formes d’existence, inhérente au bouddhisme.
De ces giclées égotiques, toutes chaotiques qu’elles soient, peuvent très bien émerger d’authentiques réalisations.Le souci est le suivant : avant que ces réalisation ne se manifestent, ces giclées distribuent messages erronées, conseils dé-routants….d’autant plus que les tonneaux les abritant jouissent par défaut d’un pouvoir magnétique (charisme égotique) certain.

Mais en sautillant d’une seule jambe, on risque davantage de s’épuiser, de se perdre ou de se blesser.
Derrière la froideur, les costumes, les décors exotiques,  les interjections monosyllabiques grossières, le mimétisme, l’arrogance est bien cachée.
Personne ne viendra la chercher.

C’est la vertu des approches dualistes que de les souligner ici.

Lorsque certains cercles bouddhisant sont généreux en critiques à leur égard, ils omettent, par ignorance, l’effet retour (miroir) qu’offrent ces approches.Un peu comme la chauve souris émettant des sons dans le vide, jusqu’à ce que ceux-ci lui reviennent après avoir heurté un élément du paysage, et l’informent de l’endroit où elle se trouve.

Le divin est notre élément de dialogue, nous délivrant les informations retours sur la réalité de notre environnement intérieur.
La chauve souris, l’arbre, la montagne, le vide ou le cours d’eau appartiennent tous à la même nature.

Le divin me situe, m’informe sur l’endroit où je me trouve et d’où j’opère. Appelons le mental.

Lorsque les re.pères sont placés, je peux reconnaître le paysage qui m’appelle et voir l’unicité de la nature.

Franck Joseph


©FJ sept 2018
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s