Les Dunes des Corps

Juste des dunes de sable
qui s’amoncèlent en enfilade
que le vent chasse, indifférent
de page en page, les mots s’empilent,
et se défont

Pour aller plus loin répéter
leurs histoires sourdes, leurs sons muets
Tous obstinés à perdurer
« Rien ne se perd, tout se transforme »

Quel intérêt à préserver
entre nos yeux et le papier
des illusions de quelques traits ?

Entre les dunes de sable
boire un sel de vent sec
est-ce mourir un peu plus tôt
ou ne pas aider l’autre à vivre ?


D’assise en assise

le cœur asséché

les dunes des corps
s’entassent et s’éventent

Déplacées par le temps
aveugle et ignorant

Un instant dans ma main
recueillir quelques grains

Et les confier au vent

Franck Joseph

©FJ Jan 2019
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s