Respirer Mort

La respiration serpente
en dessous de mon corps,

comme l’eau en hiver,
sous la croûte de terre glacée,
coule encore,
comme si de rien n’était.

Cette respiration, jamais n’est épuisée.
Seule l’amplitude change.
Avec le printemps, elle irradie plus fort.
Et je respirerai, même quand je serai mort.

Franck Joseph

©FJ April 2019
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s