Rue du Faire

Ce court article est une invitation laissée dans la boîte aux lettres des gens de la Rue du Faire



Il y a peu de choses en réalité qui m’inquiètent autant… au sens où elle est source des inquiétudes, l’inquiétude mère des toutes les autres, que l’injonction à faire.
Elle m’inquiète car je vois ceux qui s’en sont extirpés de manière momentanée replonger la tête dans l’une des dix mille ventouse de ces folles tentacules.
Et le temps de vie qui passe, sans qu’ils puissent habiter, s’imprégner durablement des profondeurs du non-faire.

Aller, voyager, se déplacer, se divertir, travailler, produire, regarder, consommer,
L’injonction à faire me remplit d’effroi. Les conséquences qu’elle déploie sur nos réalités sociales, sociétales, environnementales, psychiques…sont vertigineuses.
Tout aussi vertigineux est le corollaire, la seconde facette du même processus, celle qui hante les couloirs de nos vies, qui raisonne dans les pas qui approchent : la suspicion de non-faire.

Aux yeux de la société, le non-faire est terriblement suspect.
Car le non-faire, pour les habitants du royaume du faire, est angoissant. Il reflète leur angoisse.
Le faire est leur solution à l’angoisse. Le non faire les plonge dans le désarroi.
Cette solution est tout aussi inconsciente qu’inefficace.
Parce qu’inconsciente, elle se manifeste de la sorte.

L’assise est une invitation à passer par la trappe ouverte vers le royaume du non-faire.

Franck Joseph


©FJ July 2019

Poèmes, recueils, articles et romans disponibles en format papier : LIVRES ET RECUEILS

2 commentaires

  1. Les années 80 ont lancé ce paradigme mais qui s’est essoufflé à l’ère de la robotisation. Aujourd’hui, on a l’impression que les gens font mille choses, mais ils sont totalement assistés, à travers leurs applications, tout est facilité : les courses, le chemin, la connaissance. Ils ne retiennent rien, n’analysent rien. Le goût de la réalisation disparait. L’injonction sociétale à consommer donne l’impression du Faire, mais il n’en est rien, çà bouge, çà brasse, dans du vide, du creux, dans la non transcendance, dans le conditionnement d’une norme interchangeable, en fonction des produits à acheter, mais en aucun cas, les gens « Font ». Ils consomment, des loisirs, des « tout équipés » etc.. et deviennent insipides et creux…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s