Raisons de Vivre


Puisse le jour ne plus advenir
où il me fallait investir

vos boîtes de valeurs,
vos chaussures lustrées,
vos tickets restaurants,
vos RTT du bout de la laisse,
et de quoi uriner sur le voisin.

J’étouffe aussi que vous n’étouffiez pas.
et je vous nuis bien malgré moi,
ne pouvant être vous.

Si aujourd’hui encore je grain-de-sable vos mécanismes
C’est que les plages humides de mes yeux débordent vos transats,

Si je ne comprends rien aux traits alambiqués
que vous tracez d’un pied sérieux et ignorant

je sais qu’ils dessinent vos filets.


 

–Je reviens : La plage s’en cogne de vos traits !
et le vent de ma grande liberté déjà recouvre vos frontières.

Mais il faut bien vous occuper…
Jusqu’à l’absurde où vous trouvez
raison de vivre un autre mois.

 

Franck Joseph

©FJ August 2019

Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s