Du Cap D’Orgueil à L’Arête du Beau

La pénombre sait fondre sur ce que l’on aime
et la brume entamer ce qui encombre
Et le subtiliser.
Disparition totale ou disparaître à la vue ?
Manifestation concrète ou perméabilité soudaine à la conscience ?

Alchimie merveilleuse et souterrains ramifiés.
Puis-je continuer à ne rien y comprendre ?
Saurais-je me laisser voguer sur le béant ?

Saurais-je ne pas sombrer au grand Cap d’Orgueil ?
Ni courir les bottes des capitaines fous ?

L’essence de la beauté ne peut s’encapsuler.
Je sais pourtant que quiconque s’y atèle sans grâce de renoncement
Y laisse une vie baignée d’aigreur.
Les quelques satisfactions intellectuelles auxquelles il peut accéder
L’écartent à chaque fois un peu plus de l’Arête du Beau.

Fugace
Éternelle
Fracassante
Silencieuse.

Franck Joseph

©FJ Sept 2019
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s