Bon Sens et Anormal

La quête obsessionnelle du ‘normal’ est un indicateur certain de l’anormalité qui règne chez celui qui l’appelle de ses vœux avec tant de fièvre.

De son instabilité, il souhaite voir l’avènement de ce qui, à ses yeux représente la normalité. Sans développer l’ineptie du concept même de normalité, il est néanmoins un bon sens premier et certain vers lequel nous devrions tous tendre. Contrairement à la normalité, le bon sens ne prête pas à débat.
Il s’impose en nos veines.

Par exemple, dormir par terre est pour beaucoup anormal, pourtant cela relève du bon sens premier, si l’on considère le mode de sommeil le plus naturel de l’homme.
Dans un environnement naturel, point de matelas ou de lit douillet — quelques nattes de feuilles ou de couches pelées — le normal est souvent du domaine de l’esprit de géomètre, — dans la nature, point de ligne droite ni de sol plat.

Les choses ne sont pas toujours celles qu’elles paraissent être. Même dans leur quête d’originalité, elles se laissent guider par l’aiguille de la norme. Il y a une façon normale d’être originale.

Au travers de la prison de l’écran, les normes s’édictent. Le grand émulateur de normalité n’ a de cesse de dicter les normes acceptables et d’envoyer prêcher la parole normale. Tout aussi artificielle, la marginalité est engendrée par la norme. Dans la même relation mère-fils que la démocratie laisse émerger l’anti-système pour le nourrir et s’en nourrir.

Passer sa vie à guetter la norme pour se positionner relativement (attitudes, aspirations, cercle social….), voilà l’angoisse absolue, car la norme n’existe pas. Elle est, comme le plat dans la foret, pure fiction géométrique. cette vie est surtout tournée vers l’extérieure dans l’attente de ce qui incarnera la plus grande normalité, l’individu est en instabilité.

Cela est d’autant plus triste qu’il s’agit d’un leurre. La norme est toujours suivie, jamais capturée. Il n’y a pas de norme, c’est de la quête de norme que l’homme se rend esclave.

Par opposition, le bon sens est écoute, mise en harmonie avec les structures intérieures, sans pour autant s’y isoler car le bon sens que je trouve en moi anime tous les membres de ma communauté élargie.
Ce n’est pas ce moi que je saisis, c’est la nature partagée.

Face à ce bon sens, qui s’érige déjà en sophiste de carton, en provocateur convenu, en pirate de l’Etat ?

 

Franck Joseph

©FJ Sept 2019
Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s