A toi qui voulais vivre l’aventure….

Peut-être qu’une des premières choses qu’est la méditation– assise, allongée, debout–_ est une cartographie du paysage intérieure.

Le géographe situe les monts, les villages, les cours d’eau sur la carte qu’il dresse.
La méditation aussi facilite au pratiquant son évolution au sein de son environnement intime, en  repérant les émotions, leurs modalités migratoires, les prairies qu’elles aiment à fréquenter.

Cette cartographie permet tout simplement d’aborder le paysage d’une manière de plus en plus sereine et de continuer d’y progresser. La pratique permet la familiarisation avec les différents éléments rencontrés.
Le simple fait d’avoir fréquenté auparavant ce territoire intérieur opère un marquage, un relevé. C’est une étape subtile qui, lorsque ces terres seront de nouveau traversées, autorisera le micro-décalage, de l’ordre de la milliseconde, entre l’évènement rencontré et une réaction automatique, conditionnée, laissant désormais la possibilité à cette réaction de ne plus se produire de manière réflexe.

Dans cet espace infime, l’infini s’est glissé.
Au cœur même de cette contention, la liberté, désormais.

Ce procédé de cartographie est éminemment variable.
Il n’y a pas de règles, si ce n’est de basiques : la posture, la respiration…

La qualité du relevé dépend des talents du géographe et des reliefs du territoire.
Sur une zone accidentée, le temps de familiarisation est certainement plus long.


A moins que la seule étape consistant à tenir en main le support permettant le tracé ne suffise à la sérénité…
En effet, le géographe-aventurier, lorsqu’il traverse avec une carte vierge à la main les aspérités du paysage, peut réaliser dans l’instant que le monde se tient incroyablement plus grand que l’espace de papier qu’il porte à la main.

Il réalise alors que sa tentative de photographier la vérité est vouée à la frustration, que des paysages bien plus grands que celui qu’il traverse suffisent à en éponger les difficultés, que les particularités oppressantes qui le questionnent se fondent dans un univers étendu au delà des possibilités de toutes les géographes du monde et comblent les appétits des plus voraces aventuriers.

Franck Joseph

©FJ Sept 2019

Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s