A mon ami de toujours 

Ce qui me tient écarté de toi,
ce qui ampute mon écoute et saccade mes phrases,
ce sont tes insécurités,

saignantes, visibles, elles m’éclaboussent et me noient.

Elles viennent par un sournois effet d’entraînement, résonner dans mon corps où l’incertitude règne.
Elles me rappellent à mes oscillations sensibles et me font vaciller d’autant plus.

Je suis censé éteindre tes peurs et t’offrir l’amarrage que ton jeune cœur recherche.
Je te cède un sol friable.
Mon ami de toujours, sois fort pour moi,
ne te nie pas.
Enseigne-moi encore l’acceptation de mes fragilités,
comme tu n’as eu de cesse de le murmurer à mes sourdes oreilles.

Franck Joseph

©FJ Nov 2019 
All rights reserved.

Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s