S’érafler l’âme aux bordures de béton

Comme un bateau piégé dans une baie, sans remorque arrimée,
qui aurait pénétré un petit port de plaisance.

Incapable de se mouvoir.
Le sentiment d’avoir perdu toute marge de manœuvre intérieure.

Être trop grand pour la vie…non :

Être trop grand pour la vie proposée.


Je ne suis donc pas convaincu que les formats de nos techno-sociétés élargissent les perspectives. Tout le contraire.

A trop nous servir, les outils technologiques nous asservissent
Et nous plongent dans un port de plaisance macabre
dont on ne peut sortir qu’en s’éraflant l’âme aux bordures de béton.

Incapables de se mouvoir, contraints de m’émouvoir
L’émotion est souvent la tentative désespérée de se mouvoir,
de se sortir de la contrainte.

Cet enfermement, cette impossibilité de manœuvrer
peut être l’occasion de parvenir au bout de nos capacités de négocier avec nous mêmes,

Au bout de nos habiletés relatives
Quand tous nos talents sont épuisés,
N’avoir pas d’autre choix que d’abandonner tout.

Franck Joseph

©FJ Feb 2020

Books available here : RECUEILS

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s