Au Sol sans Limites, enfin Marcher

Ce n’est nul autre que moi qui érige une barrière me séparant de la nature,
un muret au dos duquel je me retiens haletant


espérant ne pas voir

espérant ne pas être en vie.

Un torchis de plus en plus dense avec les années

Un amas d’idées-refuges d’où il est possible de confortablement dysfonctionner

Aujourd’hui je le vois, je le respire et l’allège
je le dissous.


Sans forcément le détruire, sans le détruire autrement qu’en douceur, sans y toucher,
je peux le rétrécir puisque je l’ai construit
le rétrécir, et l’enjamber.

Ou décider, puisque je m’y adossais, de m’en aller marcher.
M’éloigner du muret ridicule, cimenté sur le sol sans limites.

Franck Joseph
©FJ March 2020
Livres disponibles ici : RECUEILS.
Merci à tous de permettre la continuation de ce projet : Soutien et Participations

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s