Les Robes au Vent du Zen

De l’autre coté,
Le désir se lève toujours
Mais il a cessé de planter ses dents.

Et lorsqu’il court devant moi,
Il ne me traîne plus à ses cotés
Comme une proie contrainte,


Je le regarde courir,

Magnifique, il est souffle de vie.

De retour de zazen,

Les robes volent encore.

Franck Joseph
©FJ March 2020
Livres disponibles ici : RECUEILS.
Merci à tous de permettre la continuation de ce projet : Soutien et Participations

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s