Le Smartpouce

Que nous apprend le parallèle tragique que l’on constate entre l’attrait pour les nouveaux outils de technologie et le manque d’indépendance psychologique ou, plus crûment, pourquoi sont-ce toujours les gros bébés mal dégrossis qui sont les plus collés à leur écrans ?

Dans les deux cas on remarque que l’esprit est enclin au biberonnage, qu’il soit familial ou technologique.
C’est dans ces failles internes de la gestion émotionnelle que s’engouffrent les technologies proposées par les smartphones. Elles tamponnent nos insécurités avec une efficacité savamment déficiente.

Cette boucle malsaine enserre nos jeunes au collier.
A ceux-là, je dis :

-Stoppez tout, allez dans la nature, laissez le vaste vous envahir. Son silence est habité de dix mille êtres.

-Lâchez les tétines, délaissez les mamelons numériques.
Ils vous donnent l’illusion que sans eux vous disparaîtrez, mais voyez par vous-même.
La pointe sur laquelle ces outils semblent vous rassembler chancelle à chaque instant.

Arrêtez de jeter votre pouce. Vous risquez moins en l’ ôtant de votre bouche pour occuper le monde, qu’à laisser passer la vie analogique en frissonnant cachés derrière vos écrans à actualiser vos pages.
Actualisez-vous !

Franck Joseph
©FJ January 2020 – All Rights Reserved

Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Ce contenu est rendu possible à travers vos Participations
Merci à tous de permettre la continuité de ce projet.

7 commentaires

  1. cela dit, on s’inquiète autant certains après-midis à la campagne (je ne parle pas de la campagne du week-end, mais de celle, rurale et quotidienne et limitée par ses champs, ses autobus trop rares et ses vélomoteurs qui ne vont pas loin) et on doute de soi et des autres par manque d’horizon, à force d’écouter la même radio – la seule qui capte – le même disque – le seul qu’on ait – les mêmes racontars, et on peut y souffrir, y être idiot et immature et cruel envers soi et les autres, aussi bien que derrière un petit écran.

    Aimé par 2 personnes

      1. il ne s’agit évidemment pas de faire un match « ville-campagne » de l’ennui, mais de dire qu’il vaut mieux avoir des possibilités d’épanouissement et de distractions suffisamment riches, où qu’on que ce soit géographiquement, sur écran ou dans la vraie vie 🙂

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s