Sortir de Son Corps ?


« Sortir du corps »

Drôle d’idée.

Pourquoi ne pas l’emmener ?
Pourquoi partir et le laisser ?

Et où aller sans le corps
Puisqu’il héberge les mondes ?
Vouloir sortir de ce corps
C’est considérer qu’il est un facteur limitant à l’expérience.

Pourquoi désunifier l’être ? 

Les autres corps sont une réalité
Leur unité également.
Elle est celle qu’expérimente le méditant

La conscience devrait ainsi délaisser le corps
Comme la montgolfière laisse tomber les sacs de sable ?

La conscience, d’après le centre de sagesse où elle se tient,
Fait vibrer le corps,
L’inclut dans sa résonance.
Pourquoi faudrait-il qu’elle s’en échappe ?

Cette conception implique un cloisonnement entre le corps physique,
lourd fardeau intransportable et les corps subtils, aptes aux plus incroyables des mouvements.

La réalité ne se plie pas à cette schématisation puisque les corps subtils habitent au coeur même du corps physique au sein duquel ils s’adonnent aux danses et aux échanges invisibles.

Le corps physique est le support, la scène, les planches de ce spectacle de l’indicible.
Les grands êtres et les bodhisattvas accomplis, parcourent l’univers depuis ce corps.
Ils entrent en résonance avec les mondes lointains.

Lointains ? Sont-ils si éloignés ?
Je ne pense pas: comme les corps de l’être, les mondes subtils pénètrent, façonnent et se dansent dans les gros sabots de notre monde grossier.

Peut être pourrait on envisager les OBE (Out-of-body experience) comme des explications à vertu pédagogique. Par le cloisonnement auquel on fait appel, il devient possible de donner à ces expériences un cadre de représentation : 

Puisque ce qui se passe lors de ces expériences n’est pas du domaine de ce qui expérimente le corps physique dans son fonctionnement habituel, c’est donc que ce corps physique n’y participe pas…Elles se passent en dehors du corps : c’est un raisonnement de ce type qui participe à la création de ces discours.

Puis les expérimentateurs, experiencers de tout poils s’y agrègent, d’identifiants à ce discours — à proportion de leurs attachements à tel ou tel cadre conceptuel — et contribuent ainsi à lui donner substance et à le répandre.

L’expérience authentique n’a nul besoin de recourir à ce qui est au mieux un détour pédagogique, au pire un subterfuge digne des discours de foire.
“ au saint du charlatan, la potion qui fait sortir de son corps, approchez, approchez,”
Il parcourt les mondes, en silence.

Suite : Sortir de ce Corps ? (2)

Franck Joseph

©FJ August 2020 All rights reserved.

Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS
Participation

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s