Oser la Foi (1/2)

Je repense au fameux pari de Pascal. Cette manière de présenter les choses ne m’a jamais séduit.
(Ou plutôt, la manière dont j’ai pu comprendre les choses présentées…)
Elle était à mes yeux le résultat d’une raison froide : puisqu’il est possible qu’il y ait quelque chose, pariez sur la présence sera moins lourd en cas d’échec que de parier sur l’absence de cette chose.

En réalité, c’est un choix de vie : ce que nous dit Pascal est beaucoup plus emprunt de sagesse que ne peuvent le penser les lecteurs aux calculs d’apothicaires.

Osez la foi, comme un chat de gouttières trempé des pluies glaçantes sur les crêtes du doute se rappelle à sa nature féline et retombe toujours du côté de la foi.

L’hypersensibilité se vit dans l’angoisse,
L’hypersensible craint toujours de retomber du côté de l’angoisse, du mal être et entre deux déroulements, il se laisse imposer le plus inquiétant des deux.

En lui, en amont du réel se ‘jouent” ces scénarios d’anxiété où le monde l’humilie, où il doit se défendre, où il se laisse isoler, incompris par une masse rugueuse d’êtres insensibles.

Pascal ouvre une porte vers l’alternative de salut : oser la foi.
Osez la foi et voyez par vous même si ce n’est pas à ces territoires que votre coeur est appelé
Osez la foi et sentez se réchauffer les nuits d’angoisse au feu de la sérénité divine. Ce n’est pas un jeu de roulette où il serait mieux venu de mettre ses jetons sur ‘noir’ plutôt que ‘rouge’.

Il s’agit davantage de cesser de jouer au casino en guettant les soubresauts de la bille dans les cases chiffrées.

Ose la foi, ne joue ni pair ni impair.
Souviens-toi que Dieu n’est pas au casino, que si tu persistes à miser, tu continues à te sentir seul et angoissé. Tu y laisseras toute ta richesse énergétique.

Peux-tu oser le saut de foi et voir qu’au casino des âmes, l’énergie de conscience ne peut être que perdue?
Voir soudain la nature profonde et sentir que c’est au foyer divin que l’on doit se laisser réchauffer ?

Peux-tu cesser d’être l’enfant de famille brisée, guettant toujours le futur proche avec fièvre espérant ceci, redoutant cela, gagnant parfois et malheureusement, aux mains des adultes captifs de leurs peurs, perdant souvent ? Celui-là est piégé dans l’enfer de l’angoisse de l’angoisse.

Etre celui qui finit par apprendre que perdre est le plus probable des scénarios …

Franck Joseph

©FJ August 2020

Livres disponibles ici : RECUEILS.
Merci à tous de permettre la continuité de ce projet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s