Le Loup, La Nuit

Tu souffles les bourrasques des particules aimantées qui s’infiltrent en mon esprit.
Elles me volent au présent, et plaquent mes paysages intérieurs au tableau de la classe,
A la blancheur ternie par l’absence des soleils qu’il n’a pu refléter,
Par la fenêtre, pourtant, les astres passent encore souvent.


Je connais la formule pour que les statiques nocturnes s’enfuient vers d’autres esprits.
Moins aguerris, plus perméables ou n’ayant pas encore ouvert la fenêtre de l’écrit

Aux marges des bruits
Seul dans ma pièce
Une nostalgie de l’inconnu encore
vient battre mon cœur au lointain.
Voilà longtemps qu’elle n’éclairait plus le ciel de mes nuits.

Hurlement de loup au sommet du rocher,

au ralliement des siens
Perdus en chemin.



©FJ August 2021
Articles are available as books and e-books : RECUEILS
This content is made possible through your Participations
Many thanks to all.
Telegram (Posts and Practice)

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s