Pensées Acides

Les pensées peuvent avoir un goût amer qui, si on les avale,

S’infiltre gentiment entre deux sains organes

Et distillent, et distillent leur âcre parfum sur les fidèles membranes.

Fatiguées par ce processus répété, elles laissent, en un jour comme un autre pénétrer

La fumée jusqu’au cœur du réseau.

Doucement, travailleuses discrètes,

Elles répandent leurs effluves et accélèrent le cercle

Nous poussant à penser sans pause aux futures créatrices de quotidiens douloureux.

Niyam Draw

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s