Assis sur le Mauvais Coussin ?

Il fallait qu’il se rende à l’évidence. C’était bien la dernière des évidence à laquelle il eût souhaité se rendre.

Et pourtant, comme toutes les évidences, maintenant qu’il agence en son esprit les éléments qui ont mené à cette réalisation, il ne pouvait la nier : elle s’était imposée à lui depuis longtemps.

Les phrases que les autres avaient laissées flotter, parce qu’elles savent…pourquoi n’avait-il pas alors suivi la direction suggérée par ces flottements ?
— Il savait bien, il fallait qu’il s’accroche à quelque chose pour ne pas sombrer, donc il avait fait le choix, inconscient, le temps d’une milliseconde, à chaque fois, de ne pas croire à l’évidence.

Des lèvres qu’il suivait, l’éveil ne coulait pas. Il le savait; Il l’avait su. Mais qu’aurait-il pu et qu’aurait-il fait d’autre ?
Pourquoi avait-il fini, lui aussi, par s’asseoir dans ces lieux aux échos noueux, où les ondes s’engouffrent et se parent des couleurs de ce que les gens souhaitaient entendre.

Cet homme avait créé le vrai que l’on aurait tous tant aimé être vrai.
Mais les accents qui se déversent dans nos oreilles n’étaient rien de moins que les idioties annoncées en caresses en d’autres lieux, d’autres temps. Rien de moins, rien de plus.

Les caresses dans la niche du marketing spirituel étaient douces à nos oreilles. A se laisser ainsi aller aux bâillements, il fallait bien que certains finissent par s’endormir.

Lui jouissait de cette diversion du sommeil…Et qu’avait-il à apprendre de l’éveil ? Qu’y avait-il à apprendre de lui ?

Quelques semaines passèrent lorsque Matthieu comprit que les anesthésies n’étaient pas suivies de rémissions, car aucun acte chirurgical n’avait jamais lieu. On l’endormait par ces chansonnettes hypnotiques et il jouissait par la suite de ce sommeil induit.

Puis, Matthieu réalisa qu’un enseignement était délivré, en ces heures, malgré tout.
Il l’enseignait par son rôle, plus que par sa place, sur la liberté, et sur l’indépendance, il lui mettait la faiblesse du monde et de l’homme devant les yeux.
N’est-ce pas là aussi un enseignement définitif que d’observer celui qui cherche compulsivement à voir un enseignement partout ?

Franck Joseph 
©FJ July 2020 – All Rights Reserved

Les articles et méditations sont disponibles en version papier ici : RECUEILS

Ce contenu est rendu possible à travers vos Participations
Merci à tous de permettre la continuité de ce projet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s