Brutes

Elle avait beau écrire des kilomètres en matelas
Approcher l’espace inatteignable
Faire entendre aux villages voisins
Le temps passé à aiguiser chacune de ses flèches
Gravir les tours où s’enroulent en escalier les mots et les idées,
Se tenir seule en haut , contempler les chemins de platitudes dans le lointaint
Espérer de toute l’ardeur de son coeur compressé
Qu’il en aille autrement
Vous ne saurez jamais — voilà son drame
Comment les aspérités de vos mouvements
En douleurs sourdes et continuent
La brutalisent
.



©FJ Sept 2021
RECUEILS ./ Participations
Many thanks to all.
Telegram link : Posts and Practice

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s