Nutriments De Nuit

D’indicibles bruits déciment les forêts de mes nuits.
Les habitants, ancestraux, résidents amicaux
Fuient vers d’autres noirceurs silencieuses.
La pluie acide des non-dits
Effeuille les d’attitudes
Et de nécessités.
Amicaux, pourtant, oiseaux de vérité,
Ils repaissent le corps vers d’autres sous-bois,
Plus doux, plus noirs, plus profonds, où les mousses sauront
Receuillir les sons de l’inacceptable,
Où l’humus même s’en nourirra le soir,
Pour au matin proposer une douce rosée aux animaux faibles.

©FJ Jan 2022
Recueils / Participations
Telegram (Publications et Pratique)


5 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s