Simple Hutte

Dans un quotidien éclairé de pratique,
il y a l’essence du jus de vie, les quelques gouttes infimes qui manquent à la littérature.
La créativité qui peut insuffler la pratique se promeut parfois en esthétisme.
Sans esthétique, elle est toujours la vie, en amont de tout.

Parce que le goût de vérité se perd parfois dans les torsades de l’esthetisme,
Parce que les coulées d’émotion et emportent l’être au fond de vallée.

Certains pratiquants, choisissent la sécheresse et demeurent ainsi.
Cette protection n’est pas sans danger,
MIeux vaut encore savoir naviguer dans l’émotion pour ne pas sombrer et arpenter l’esthétique sans de connaitre la hutte de paille*.

*Le chant de la hutte au toit de paille

Par Sekitō Kisen(Shitou Xiqian)700-790

J’ai construit une hutte au toit de en paille où il n’y a rien de valeur.
Après manger, je me détends et fais un somme.
Lorsque la hutte fut achevée, des pousses apparurent.
Maintenant la mauvaise herbe recouvre tout.

L’homme dans la hutte y vit paisiblement
Pas contraint à intérieur ni à extérieur.
Là où vivent les gens ordinaires il ne veut pas vivre,
Ce qu’aiment les gens ordinaires il ne l’aime pas.

Bien que la hutte soit petite elle contient l’univers entier.
Sur dix pieds carrés un vieil homme illumine les formes et leur essence.
Un bodhisattva du Grand Véhicule a une foi absolue.
Les hommes du commun ne peuvent s’empêcher de douter : Cette hutte périra-t-elle ou pas ?

Périssable ou non, le maître originel est présent
Et ne réside ni au nord, ni au sud, ni à l’est, ni à l’ouest.
Enraciné dans la persévérance, cela ne peut être surpassé.
Une fenêtre brillant sous les sapins verts ne peut être comparée

Ni aux palais de jade ni aux tours de vermeil.
Rester assis la tête couverte, toutes choses sont au repos.
Ainsi ce moine des montagnes ne comprend plus rien du tout,
Il vit là où il est et ne fait plus d’effort pour se libérer.

Qui pourrait avec fierté disposer des sièges pour séduire les disciples ?
Dirigez votre lumière vers l’intérieur et faites demi-tour.
La source infinie et inconcevable ne peut être affrontée ni évitée.
Rencontrez les vieux maîtres et soyez intime avec leur enseignement.


(texte trouvé sur http://www.dojozen.net/le-chant-de-la-hutte-au-toit-de-paile/)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s